Page 1

Equipage 76 : bienvenue sur le blog de notre association : ON THE ROAD AGAIN !

Bienvenue sur le blog de l'équipage 76 ! Découvrez Loïc et Guillaume, pilote et co-pilote... tous les deux prêts pour le départ :-)

Suivez-nous sur :

Nos sponsors

Pilote

Loïc ALLAIN

Date de Naissance : 20/08/1983

Ville : Laval

Pays : France

Profession : Chef d'entreprise

Nationalité : Française

Loïc ALLAIN a 32 ans. Ingénieur de formation, il dispose déjà d’une première expérience de « 4L Trophiste », acquise durant ses études à l’ISEL, en 2004. Il vit à Laval, et dirige une société (Groupe Smartlog) spécialisée dans la formation, le conseil et le recrutement à destination des professionnels de la chaîne logistique. Passionné par les voyages, Loïc compte bien faire partie des pionniers de cet Argentina Trophy (Ière édition) avec une motivation sans limite !

Copilote

Guillaume NOUET

Date de Naissance : 03/11/1982

Ville : Nantes

Pays : France

Profession : Chef de projet

Nationalité : Française

Guillaume Nouet a 33 ans, Ingénieur de formation à l’ESAIP* d’Angers, il recherche une première expérience de Rally Raid humanitaire. Côté professionnel, il pilote les projets que lui confie sa société « GRTgaz » en charge des infrastructures permettant le transport du gaz en France. Il adore les défis et ne refuse jamais une aventure entre amis. Guitariste, il aime pousser la chansonnette et a hâte de s’y essayer en plein désert après une rude journée dans un bivouac autour d’un feu de camps.

Epilogue et retour en France

Au terme de cette 5e et dernière étape, un sentiment d’achèvement nous empare : « on l’a fait » !
Oui, on l’a fait, parcourir plus de 5000 km à travers routes, pistes, sables, cailloux, villes, villages, déserts… Une expérience extraordinaire faite de bivouacs, de rencontres, et de conduite avec notre Chevy. Justement notre Chevrolet, parlons-en 🙂
Au lendemain de l’épreuve marathon, deux étapes relais nous permettent de rejoindre Ceres, puis Buenos Aires. A l’arrivée, dimanche 7 mai, une ultime formalité nous attend : la restitution de notre véhicule tout-terrain ! Tout terrain par notre volonté, mais pas vraiment grâce à ses atouts de petite voiture passe partout. Au terme du check-out, nous nous séparons de notre partenaire mécanique, délestée de son parechoc avant qui aura tant souffert avec nous !
Lundi 8 mai est marquée par deux événements : la visite du village de Dique Lujan, et la soirée de remise des prix.
Dique Lujan est un village situé dans les faubourgs de Buenos Aires. La pauvreté se cache derrière les façades et la végétation généreuse. Des inondations régulières contribuent à figer la situation, voire à la dégrader. La présence des marais environnants et l’urbanisation galopante semblent en être responsables. Nous rencontrerons les habitants, avec une hospitalité marquante. L’après-midi se termine par un spectacle de musique et de danse, au sein de l’église locale. Le rythme et l’ambiance nous mettront en jambe pour le soir !
C’est au Madero Tango que se célèbre la fin du raid. Au menu : diffusion des JT des étapes, remise des prix, diner et fiesta 🙂 Nous sortirons de ce lieu mythique de la fête argentine vers 4h du matin.
Mardi 9 mai, les premiers adieux entre participants se manifestent. Certains ont prévu de rester en Argentine, tandis que d’autres, dont nous faisons partis, attendent la navette pour l’aéroport. Initialement prévu à 16h, le décollage de notre avion est décalé à…. 1h15 du matin le mercredi.
Avant de conclure cette aventure, rappelons notre classement : 35e sur 50 équipages. Avec comme objectifs de découvrir, partager, et s’amuser, nous nous en sortons plutôt bien !
Mille mercis à tous ceux qui nous ont suivi, ceux qui nous ont soutenu, ceux qui ont contribué aux dons pour l’école de San Antonio de Los Cobres… Si nous n’avons pas marqué l’histoire par notre classement, cette histoire nous marquera sans doute pour longtemps.
Les paysages, le rallye, l’accueil des Argentins, la Chevrolet, les équipages amis, les bivouacs, les enfants de San Antonio… des images qui marquent, des sons qui résonnent, nous n’oublierons rien.
A bientôt pour de prochaines aventures.

Guillaume et Loïc

5ème Étape: le marathon commence !

Et c’est parti pour la tant attendue (et tant redoutée) épreuve Marathon! Pour assurer notre autonomie durant ce périple, premier arrêt au stand mécanique pour faire le plein d’huile moteur. Un check des pneus et un nettoyage du filtre à air et nous voilà parti pour la supérette locale. L’échoppe dispose de produits en tous genres, malheureusement très peu sont comestibles, nous repartons avec de l’eau et nos mets préférés : boite de sardine et picaddillo de carne (paté en boite). Une fois passé le CP départ, le road book nous indique 340km avant le bivouac dont plus de 200 de pistes. Nous rencontrons pour la première fois des lamas à l’état sauvage qui font la réputation de l’argentine (très sympa) et pilotons dans du sable fin: attention aux enlisements mais les sensations sont au rendez vous!
En pleine recherche de cap, Loic impressionne par sont aisance face aux caméras curieuses. Conclusion: c’est tout droit… Fier de nous, nous constaterons quelques mètres plus loin que la direction donnée était fausse. Pas d’inquiétude, nous improvisons et rejoignons le check point avec 200m d’avance par rapport au road book: petite victoire (encore une 😄)
La fin de journée approchant nous décidons de nous arrêter sur un bivouac prévu par l’organisation : pas d’eau, pas de toilettes, pas de douche, pas d’arbre, rien. nous y sommes!
Enfin rien, pas tout à fait, une pampa à perte de vue et un rio qui coule juste à côté, puis les montagnes qui nous entour et le soleil qui va s’y cacher révélant un ciel bleu rosé unique.
Les tentes montées, nous cherchons du bois et des brindilles pour allumer au plus vite un feu. La nuit tombée, la température descend très vite et ce feu nous permet de savourer un instant de convivialité autour d’un vin des bodega Argentine.
La nuit sera extrêmement froide, nous dormons habillé dans nos duvets avec une couverture de survie. Malgré cela, le froid nous réveil régulièrement et nous nous surprenons à trembler durant notre sommeil!
6h45 le réveil sonne enfin! Le rio est gelé malgré son courant et nous courons vers notre Chevy pour nous réchauffer un instant avant d’entreprendre le pliage de la tente et la reprise de la course! Témoin des températures que nous n’avons pu mesurer, le liquide lave glace gel instantanément au contact du pare-brise.
À présent, il ne nous reste qu’à tracer vers Salta pour retrouver le grand confort! Seulement quelques heures de route nous permettent d’arriver pour 13h. Voiture checkée et bagages déposés à l’hôtel, nous partons en ville et dégustons un asado typique (une grillade de viande), un vrai bonheur après l’épreuve marathon!!! S’en suit une petite visite de la ville, premier instant de repos depuis sept jours.

3 commentaires

Par Laetitia Charlot - 13:32, 09/05/2017

Bravo les aventuriers !!!! Des galères, mais vous nous faîtes rêver !!! Bon courage :)

Par Dominique et monique - 21:53, 06/05/2017

Le nettoyage de la chevrolet laisse à désirer, on ne voit plus les photos des sponsors. Ce n'est pas parce que vous ne vous laver pas que nos tronches doivent être sales.😝

Par Mimi - 12:18, 08/05/2017

Tout a fait d accord aucun respect ces jeunes !!!!

4e étape : l’Aventure avec un grand A

Départ de Salta pour un périple de 284 kms de piste. Après une bonne nuit en tente, nous entamons une nouvelle ascension pour arriver à San Antonio De Los Cobres si possible avant la nuit. Au briefing, les consignes sont souvent les mêmes : « ne tardez pas, faites peu de pause, la navigation de nuit étant très difficile. Faites aussi attention à la poussière, la visibilité sera sans doute faible ». Informations bien intégrées, nous décidons de rouler au plus juste : sans traîner, et en évitant tout kilomètre inutile. Avec l’intention d’améliorer notre classement général (difficile de faire pire pour le moment hahah!), on étudie toutes les coupes possibles pour raccourcir les distances parcourues. Première tentative le matin… et comme on n’est pas du matin, on se retrouve au bout d’une piste, en faisant demi tour dans un terrain de foot ! Pas rancuniers, on récidive l’après midi en s’insérant dans une piste très cabossée. On s’ensable pour la 2e fois, on perd du temps, on est désorienté… on fini enfin par retrouver notre cap avec un gain d’une centaine de mètres par rapport aux indications du road book. La suite nous sourit : on prend les bonnes pistes, les bonnes routes.
Le spectacle est là aussi : nous nous arrêtons pour observer le lac « Salar », un lac blanc, solide, salé. Nous prenons 30 minutes pour nous poser. La nuit s’annonce, nous reprenons le volant pour finir l’étape.
San Antonio De Los Cobres est un village, très isolé, entre deux flancs de montagnes. Les rues sont des pistes très poussiéreuses, les maisons faites de parpaings bruts. Nous arrivons au Check Point.
Le temps de garer notre Chevrolet, vérifier la mécanique, sortir nos sacs de dons pour préparer la distribution, le froid et le vent se lèvent. L’altitude et le mal des montagnes se font ressentir. Nous sommes plusieurs, dont moi Loïc, puis suivi par Guillaume, à ressentir des maux de têtes, nausées, cela s’ajoutant à la fatigue de la journée. Nous sommes à 3800m. La boîte de Doliprane devient notre meilleure amie.
Vers 19h30, les écoliers nous proposent un spectacle sur scène. Chants, danses, musique avec instruments locaux, l’ambiance est chaleureuse et sincère. La gratitude de chacun est elle aussi authentique.
Afin de bien repartir l’ensemble des dons, l’association « Enfants du Désert » a préparé des lots que chaque équipage remettra à un enfant de l’internat.
C’est ainsi que nous arrivons dans le dortoir, les bras chargés de doudou, vêtements chauds, brosses à dents, dentifrice et shampoing. Nous rencontrons Iliana, une jeune fille de 11 ans. Elle dort au fond d’un dortoir, sur un lit superposé. Le sol est fait de lames de bois, toutes chancelantes et craquantes. Les lieux sont décorées très simplement. Tous les enfants ont reçu un nouveau matelas la semaine passée. On ressent chez tous les enfants de la joie, de l’excitation même, à recevoir tous ces présents. Iliana découvre les siens. Elle sourit, et malgré sa timidité, discute en espagnol avec nous. Sa famille habite à 70 kms de là, a plusieurs heures de route. Elle veut devenir policière, comme une amie de sa Maman. Elle nous semble très courageuse, son humilité et la simplicité de son environnement nous touchent. Nous lui souhaitons « suerte », avant de la laisser retrouver ses amies.
Il est plus de 20h, nous avons une faim de loups, car pour ne pas arriver de nuit, nous n’avons quasiment pas déjeuné.
Avec des températures devenues négatives, l’organisation décide d’annuler le camping. Nous nous installons par petits groupes dans des salles de classe, par chance, chauffées. Nous dormirons à 16, les uns à côté des autres, à même le sol. Nous sommes couverts de poussière, nos chaussures sont remplies de sable. Toutes nos affaires sont poussiéreuses. Une douche est salvatrice, avec un confort très (très très) élémentaires 🙂 Peu importe, l’accueil et les habitants sont fantastiques.
La nuit sera courte et ponctuée par le ronflement de nos voisins, le froid qui nous oblige à nous couvrir encore davantage… et le mal des montagnes toujours présents.
À ce stade, nous sommes toujours heureux d’être dans cette aventure… même si notre confort va encore passer un cap 🙂 A partir de ce jeudi, on débute l’épreuve marathon pour 2 jours, avec bivouac sauvage. Au moins deux équipages n’iront pas au bout de l’Argentina Trophy, les véhicules ont soufferts lors de cette 4e étape. En dehors des crevaisons et des carters endommagés, une boîte de vitesse a rendu l’âme, et un soucis électronique empêche une seconde Chevrolet de prendre le départ ! Nous concernant, petite victoire ce soir : nous sommes 29e sur 50 au classement de l’étape, soit 38e au classement général (on gagne 10 places par rapport à la veille)
À bientôt sur le bivouac !

1 commentaires

Par Dominique et monique - 22:05, 05/05/2017

Super remontée. Bravo, même si cela n'est pas le plus important. Merci de nous faire partager votre aventure. Nous vous souhaitons bonne chance pour le marathon. On n'a moins de chose à raconter, nous.😆

3e étape : des paysages somptueux… et les premières galères !

Briefing à 8h aujourd’hui avec un peu plus de 300 km selon le road-book… une journée idéale en prévision ! Après un départ selon l’ordre de classement de la veille, nous réussissons à franchir le Check-point 1 en deuxième position ! Une petite victoire au vu du palmarès de la veille 🙂 Après quelques dizaines de kilomètres parcourus, les pistes empruntées deviennent de véritables épreuves à franchir : grosses pierres, trous, obstacles divers… notre Chevrolet frotte le sol, le châssis émet des bruits de frottements intenses… jusqu’à un craquement sans équivoque. Résultat : pare choc fissuré, avec une partie basse déformée et qui frotte le sol ! Qu’à cela ne tienne, fort de notre motivation, nous poursuivons notre route enchaînant les passages difficiles et les caps d’orientation à la boussole. Les paysages sont somptueux, la vue sans fin. Tout allait (presque) bien jusqu’à ce que une petite erreur d’orientation (toute toute petite… quelques degrés par rapport au Nord) nous emmène vers une piste, très accidentée. Après 8 kms parcourus, nous faisons face à une pente impressionnante à franchir. Le temps de s’interroger « cap ou pas cap », nous nous ensablons. 30 minutes après, à l’aide de pelles et de tapis, nous réussissons à nous sortir de ce passage difficile, avec un bout de pare choc qui nous quitte définitivement… sans croiser aucune voiture ! Étrange… quand on sait que nous sommes 50 véhicules ! Nous décidons de rebrousser chemin… jusqu’à retrouver la bonne route. Résultat : plus de 16 kms parcourus en trop, 1h de retard, une arrivée de nuit, un petit morceau de Chevrolet en moins, et surtout de bons moments passés sur les pistes, avec le sentiment d’avoir été seuls au monde… dans un décor naturel d’exception !

0 commentaires

Par Levesque - 09:59, 04/05/2017

Il fallait bien essayer tout le matériel. Par contre je trouve que vous restez classé quand tout les autres sont en short

Par Nounou Régine - 21:12, 03/05/2017

Quelle merveilleuse aventure 😄 bon courage pour la suite et amusez vous bien

2e étape : découverte de la Cordillère des Andes

Pour cette seconde étape, réveil a 5h30 et départ à partir de 7h30 pour les premiers équipages. Après 250 km parcourus dans la Pampa, assez rapidement sur route goudronnées et régulières, nous avons opté pour une conduite plus touristique, en prenant le temps de prendre quelques photos et profiter du paysage. Après avoir traversé la « jungle » (forêt au pied de la Cordillère), nous avons dégusté des bouchées à la viandes au pied de la statut del Indio. Puis ascension du col « Izion » (sans jeu de mot) à plus de 3000 mètres d’altitude. Les paysages sont grandioses, verts, parfois arides, parsemés de gigantesques cactus… Notre Chevrolet a parcouru ses premières pistes, à l’aide notamment de notre boussole spéciale « hémisphère sud ». Arrivée de fin d’étape vers 18h, petite victoire car la nuit n’est pas encore tombée. Pas de dégât sur la « Chevy », excepté un impact sur le pare-brise et une poignée de porte qui nous a lâché. Événement impactant notre premier classement ce soir : une pénalité pour non usage des feux de croisements sur la route = moins 20 points ! Résultats : 41e exaequo sur 50 ! Peu mieux faire mais il reste encore pas mal d’étapes 🙂

2 commentaires

Par Dominique et monique - 21:24, 02/05/2017

Bonsoir les aventuriers. 20 points de malus, cela fait chère l'ampoule, comme quoi, il ne faut jamais se prendre pour des lumières😎. Profiter du paysage et bonne route.

Par Mimi - 07:58, 02/05/2017

Nos supers héros ont voulu usé de leur vision nocturne ??? 😛

Argentine : jour 1

Après plus de 14h de voyage, nous voilà enfin à Buenos Aires 🙂
Fatigués mais heureux, cette première journée fut assez dense ! Au programme : vérifications administratives et techniques, prise en main du véhicule, vérification des equipements obligatoires, collage des autocollants…
Ce soir, nuit à l’hôtel, puis réveil a 5h.

Au menu de ce dimanche : étape relais de 900 km. Objectif : arriver avant la nuit !

1 commentaires

Par NOUET Véro et Gilles - 11:37, 30/04/2017

Bonne route à tous les 2. on vous soutient !!!

45 kilos de dons pour l’école de San Antonio de los Cobres !

Grâce à vos dons, nous avons collecté plus de 45 kilos de fournitures dans le cadre du rally « Argentina Trophy » !

Plus de 80 brosses à dents, une cinquantaine de dentifrices, plus de 60 savons et shampoings, des dizaines de doudous et de vêtements !
Merci donc à toute la famille, les amis, les collègues, les enfants, les parents, les enseignants et personnels des écoles d’Hugo et Arthur, qui ont contribué à cette collecte. En route désormais pour l’Argentine, et vers l’école de San Antonio de los Cobres !

Le blog : are you ready ?


Voici un petit message d’essai pour tester notre blog !
Loïc

3 commentaires

Par Dominique et monique - 21:43, 28/04/2017

Coucou, je peux être assistante mécano : je sais changer une roue et faire les niveaux 😄😉 Bon vol et bonne épopée. Tchao bye bye

Par Ontheroadagain - 23:52, 27/04/2017

Alors venez vite nous rejoindre :-) Départ à 23h20 à Roissy ! On se rejoint à l’aéroport ? ;-)

Par Dominique et monique - 20:30, 27/04/2017

Salut Loïc, alors prêt ? Nous , nos valises sont faites pour partir avec vous, on ne prendra pas trop de place, promis.

L’Argentine pour 10€, ça vous interesse ? Avec nous, c’est possible :-)

Non, vous ne rêvez pas, venez avec nous pour 10 € !
Pour être tout à fait précis… comme nos bagages sont pleins… on veut bien vous prendre en photo, et vous emmener partout avec nous !
Pour 10€, nous nous engageons à sticker votre photo sur la voiture (dimensions 20×10… sous réserve de places disponibles !).
C’est tentant, non ? 🙂

Pour ce faire, rien de plus simple ! Faites un don de 10€ sur notre cagnotte en ligne (https://www.leetchi.com/c/ontheroadagain) en précisant vos nom et prénom, et envoyez nous votre photo sur notre adresse argentinatrophy.ontheroadagain@gmail.com .
On a hâte de partir avec vous !!!

Plus sérieusement, merci pour votre générosité, cela nous aidera à financer notre projet !
Objectif : 100 photos avant le 31 janvier 2017 !

MERCI !
Loïc et Guillaume

Qui sommes nous ?

Animés par le goût de la découverte, l’envie d’aller vers l’Autre, l’esprit d’aventure… et surtout doté d’un brin de folie, notre duo d’amis s’est présenté comme une évidence dès lors que l’idée d’un raid mécanique s’est (re)présentée !

Nous partageons des valeurs communes et des objectifs identiques.
Découvrez-nous à travers ce blog 🙂

Loïc et Guillaume

3 commentaires

Par Celine - 19:56, 27/04/2017

Bonne route profiter à fond !!!!

Par Julien - 15:44, 20/11/2016

Bonne aventure à vous 2. La découverte, les voyages et les rencontres sont toujours très riches en souvenirs inoubliables! Je salue votre sens de la bonne cause et votre dévouement à aider les autres au travers d'un tel défi. Bonne route

Par Lulu Pich - 15:17, 20/11/2016

Bonne route ! Suivez l'itinéraire et revenez entiers... On va vous trouver un guide de survie en zone aride, et un manuel du mécano débutant, ... juste au cas où 😂